Rechercher dans ce blog

Comment faire de nos pensées une arme ?

Dans sa première épître, l’apôtre Pierre nous donne un précieux conseil : Christ ayant souffert, vous aussi armez-vous de la même pensée (1 Pierre 4.1). Il présente la pensée, comme un moyen de guerre, comme une arme.

Comment cela fonctionne ?
Il est des personnes qui considèrent la difficulté, l’épreuve, la tribulation comme étant des situations anormales et elles pensent que Dieu devrait leur rendre la vie plus facile. Ces personnes considèrent que leur vie est dure, que Dieu ne les aide pas assez, qu’il n’est pas normal que leur chemin soit aussi compliqué. Leurs pensées tournées vers leurs épreuves sont négatives et rendent encore plus insupportable leur situation. Elles sont désarmées face à leurs tribulations. C’est pourquoi Pierre nous invite à nous armer en pensant aux souffrances de Christ.

Penser aux souffrances de Christ à l’heure où nous passons par l’épreuve c’est une manière de résister aux assauts du diable qui voudrait à ce moment là nous décourager. Pensons, que le chemin par lequel nous passons, est sous le contrôle de Dieu. Chassons de notre esprit la pensée que ce chemin est trop dur, que nous n’y arriverons pas, que Dieu n’est plus avec nous. L’Ecriture nous dit que Dieu est toujours avec nous, qu’avec l’épreuve il prépare le moyen d’en sortir, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. Alors que vous passez par un moment difficile, commencez à vous armer de cette pensée de Christ souffrant, et pensez à ce que Dieu fait en vous.

Parfois Dieu nous conduit dans un chemin difficile car il œuvre en nous. Alors que Jésus vient d’être baptisé, l’Esprit saint le conduit au désert. Il va connaître un temps de solitude et d’épreuves, couronnées par une triple tentation. Souvenons-nous de Jésus souffrant et tenté dans le désert, alors que nous passons par la tribulation, c’est notre meilleure arme pour résister au découragement et à l’abandon. Penser à Christ traversant l’agonie de la croix, nous permet de considérer nos souffrances avec un autre regard. Cela nous équipe pour la bataille contre l’adversité.

Certains croyants ont un langage de guerriers le dimanche matin, au moment du partage de la cène, ils pensent à la vie livrée de Jésus et cela les fortifie, mais ensuite dès le lundi matin ils oublient de penser au Christ souffrant et ils deviennent des croyants plaintifs, gémissants. Commençons à penser comme Paul qui disait : Je puis tout par celui qui me fortifie (Phi. 4.13).


Source

         
Je fléchis les genoux devant le Père, de qui toute famille dans les cieux et sur la terre tient son nom, afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être rendus forts et puissants par son Esprit, au profit de l'homme intérieur ; que le Christ habite dans votre cœur par la foi et que vous soyez enracinés et fondés dans l'amour, pour être capables de comprendre, avec tous les saints, quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur, et de connaître l'amour du Christ qui surpasse la connaissance, de sorte que vous soyez remplis jusqu'à toute la plénitude de Dieu.
(Eph 3:14-19)
Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Pourquoi gaspiller un seul instant à songer à l’autre monde?
- Mais est-il possible de ne pas y penser?
- Oui.
- Comment?
- En vivant au ciel, ici et maintenant.
- Et où est ce ciel?
- II est ici et maintenant.
  (A. de Mello)
Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude