Rechercher dans ce blog

Si certaines parties ne s'affichent pas, passez de https à http

Christ en vous

Si Christ est en vous,
alors la vie chrétienne ne consiste pas à s'efforcer d'être quelque chose que vous n'êtes pas.
Il s'agit de devenir ce que vous êtes déjà.


Le principe de Gamaliel

S'il s'agit d'une décision ou d'une oeuvre humaine,
elle disparaîtra.

Mais si cela vient de Dieu,
vous ne pourrez pas les faire disparaître.

Prenez garde de ne pas vous trouver en guerre contre Dieu!

Actes 5:38-39


3 pensées de A. W. Tozer

Les éloges des hommes sont bien plus dangereux pour notre marche chrétienne que ne le sont leurs reproches.

Comment le christianisme se détruit-il au sein d'une génération ? Il s'auto-détruit en ne vivant pas dans la lumière, en professant une vérité à laquelle il n'obéit pas.

Gardez le coeur ouvert à la réprimande de Dieu et soyez prêt à recevoir sa correction, sans regarder à qui tient le fouet.

Content de toi-même ?

Si telle expérience t'a rendu plus humble, t'a rendu plus petit et sans valeur à tes propres yeux, elle vient de Dieu - mais si elle a fait naître en toi un sentiment d'auto-satisfaction, elle est fausse et devrait être rejetée comme venant de toi ou de l'ennemi.

Rien de ce qui vient de Dieu ne pourra nourrir ton orgueil ou ta vanité.

Si tu es tenté d'être content de toi-même et de te sentir supérieur parce que tu as eu une expérience spirituelle plus avancée, tu devrais te mettre immédiatement à genoux et te repentir de toute cette affaire : tu es tombé entre les mains de l'ennemi.

d'après A. W. Tozer

François d'Assise et frère Léon

- Sais-tu frère Léon, ce qu'est la pureté du coeur, demanda François ?

- C'est de ne pas avoir de faute à se reprocher, répondit Léon sans hésiter.

- Alors, je comprends ta tristesse, dit François. Car on a toujours quelque chose à se reprocher.

- Oui, dit Léon, et cela précisément me fait désespérer d'arriver un jour à la pureté du coeur.

- Ah! frère Léon, crois-moi, ne te préoccupe pas tant de la pureté de ton âme. Tourne ton regard vers Dieu. Admire-le. Réjouis-toi de ce qu'Il est, Lui, toute sainteté. Rends-Lui grâce à cause de Lui-même. C'est cela même petit frère, avoir un coeur pur. Et quand tu es ainsi tourné vers Dieu, ne fais surtout aucun retour sur toi-même. Ne te demande pas où tu en es avec Dieu. La tristesse de ne pas être parfait et de se découvrir pécheur, est encore un sentiment trop humain. Il faut élever ton regard plus haut, beaucoup plus haut. Il y a Dieu, l'immensité de Dieu et son inaltérable Splendeur. Le coeur pur est celui qui ne cesse d'adorer le Seigneur vivant et vrai.

- Dieu, cependant, réclame nos efforts et notre fidélité, fit observer Léon.

- Oui, sans doute, répondit François. Mais la sainteté n'est pas un accomplissement de soi, ni une plénitude que l'on donne. Elle est d'abord un vide que l'on se découvre et que l'on accepte et que Dieu vient remplir dans la mesure où l'on s'ouvre à Sa plénitude. Notre néant, vois-tu, s'il est accepté, devient l'espace libre où Dieu peut encore créer.

- Comment faire ? demanda Léon.

- Il faut simplement ne rien garder en soi-même. Tout balayer. Accepter d'être pauvre. Renoncer à ce qui est pesant, même le poids de nos fautes. Ne plus voir que la Gloire de Dieu et s'en laisser irradier. Dieu est, cela suffit! Le coeur devient alors léger. Il a abandonné tout souci, toute inquiétude. Son désir de perfection s'est changé en un simple et pur vouloir de Dieu...

D'après Éloi Leclerc

Possédons-nous la vraie foi ?

Sans la foi, il est impossible de Lui être agréable (Hébreux 11:6)

Je crains que la conception moderne de la foi ne soit pas biblique. Je crains aussi que, lorsqu'un enseignant utilise ce mot aujourd'hui, il ne lui fait pas dire ce que les auteurs de la Bible ont voulu lui faire dire quand ils l'ont employé.

Voici les raisons de mon trouble :

  • Le manque de fruit spirituel dans la vie de tant de Chrétiens qui prétendent avoir la foi
  • La rareté d'un changement radical dans la conduite et l'apparence générale de ceux qui professent leur foi nouvelle en Christ comme leur Sauveur personnel
  • L'incapacité de ceux qui nous enseignent à définir et même à décrire ce que le mot de "foi" est censé vouloir dire
  • L'incapacité navrante d'une multitude de Chrétiens sincères à tirer quoi que ce soit de pratique et de satisfaisant de cet enseignement
  • Le réel danger qu'un enseignement dont tout le monde parle à tort et à travers, et que tellement de gens reçoivent sans discernement, soit un faux enseignement pour tous ceux qui l'ont mal compris

J'ai trop souvent vu la foi servir de substitut à l'obéissance, d'échappatoire à la réalité, de refuge contre la nécessité de réfléchir sérieusement, et de niche où peuvent se cacher les faibles. J'ai connu des gens qui ont appelé "foi" ce qui n'était que du courage inné, de l'optimisme naturel, de l'excitation émotionnelle, ou même un simple réflexe nerveux.

Le bon sens le plus ordinaire devrait nous prouver que tout ce qui ne produit aucun changement chez l'homme n'est d'aucune utilité pour Dieu, et que c'est un fait aisément observable que des multitudes de gens ont continué à vivre de la même manière, avant et après avoir reçu la "foi".

Peut-être saurons-nous mieux ce qu'est la foi, si nous comprenons d'abord ce qu'elle n'est pas. Ce n'est pas le fait de croire qu'une chose soit vraie. L'intelligence humaine est ainsi construite qu'elle finit par croire, quand les preuves qui lui sont présentées sont assez convaincantes. C'est dans sa nature même. Quand les preuves sont insuffisantes pour convaincre, aucune foi n'est possible. Aucune menace, aucune punition, ne peuvent forcer quelqu'un à croire contre toute évidence.

Certes, une foi fondée sur les arguments de la raison est aussi une forme de foi. Mais il ne s'agit pas de la foi biblique, car elle dépend de la qualité des preuves présentées, et n'a aucun caractère moral ou spirituel. De même, on ne peut reprocher à quiconque de ne pas avoir une foi fondée sur la raison, car ce sont alors les éléments de preuve, et non l'individu, qui en décident. Il serait profondément injuste de damner quelqu'un dont le seul crime aurait été de pousser l'évidence jusqu'à sa conclusion logique. Justifier un pécheur parce qu'il aurait pris une décision intellectuelle en fonction de preuves solidement établies reviendrait à accorder le salut en fonction des lois habituelles de l'intelligence, que l'on appliquerait de la même manière à Judas ou à Paul. Le salut ne résulterait plus d'un acte de volonté, mais serait le fruit d'un raisonnement mental. Selon les Écritures  ce n'est certainement pas la caractéristique de la foi biblique.

La foi véritable repose sur le caractère de Dieu. Elle n'a pas besoin d'une autre preuve que celle des perfections morales de Celui qui ne peut mentir. Il suffit à la vraie foi de savoir que Dieu l'a dit. Si une déclaration divine contredit toutes les évidences de nos cinq sens et toutes les conclusions de la logique, celui qui possède la vraie foi continue pourtant à croire. Que Dieu, au contraire, soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur (Romains 3 : 4). C'est le langage de la vraie foi. Le Ciel approuve une telle foi, parce qu'elle s'élève au-dessus des simples preuves, et repose dans le sein de Dieu.

Au cours de ces dernières années, chez certains chrétiens évangéliques, on a vu grandir un mouvement qui s'est efforcé de prouver les vérités de l’Écriture en faisant appel à la Science. On recherche des preuves dans le monde naturel pour étayer la révélation surnaturelle. On a ainsi étudié les flocons de neige, le sang, d'étranges créatures marines, des oiseaux et beaucoup d'autres objets naturels, pour prouver que la Bible était vraie. Cela prétendait soutenir puissamment la foi. L'idée était que si l'on pouvait prouver la véracité d'une doctrine biblique, cela stimulerait et développerait la foi.

Mais ce que ces frères n'ont pas compris, c'est le fait même qu'ils aient éprouvé le besoin de rechercher de preuves pour faire accepter les vérités de la Bible ! Cela ne fait que prouver leur propre incrédulité fondamentale ! Quand Dieu parle, l'incrédulité dit : "Comment allons-nous savoir que c'est vrai ?" Le seul fondement de la vraie foi est le suivant : "JE SUIS CELUI QUI SUIS !" Creuser dans les roches ou sonder le fond des mers pour y trouver des preuves de la véracité de la Bible est une insulte à l'encontre de Celui qui l'a écrite. Certes, je ne crois pas que cela ait été fait intentionnellement. Mais je ne vois pas comment échapper à cette conclusion.

La foi biblique est simplement la confiance en Dieu et en Son Fils Jésus-Christ. C'est la réponse de l'âme au caractère de Dieu, tel qu'il nous est révélé par les Écritures  Et même cette réponse est impossible, sans un travail préalable du Saint-Esprit. La foi est le don de Dieu à une âme repentante. Elle n'a rien à voir avec les sens ni les données sensibles. La foi est un miracle. C'est une capacité que Dieu nous donne, et qui nous permet de faire confiance à Son Fils. Tout ce qui n'aboutit pas à une action, en accord avec la volonté de Dieu, n'est pas de la foi, mais quelque chose d'autre.

La foi et la morale sont les deux faces de la même pièce. En réalité, l'essence même de la foi est la morale. Toute foi professée en Christ comme Sauveur personnel, mais qui ne nous conduit pas à obéir complètement à la volonté de Christ, et à faire de Lui notre Seigneur, est une fausse foi qui finira par trahir sa victime.

Celui qui croit doit obéir. Le fait de ne pas obéir est une preuve convaincante du fait que la foi véritable n'est pas présente. Pour tenter l'impossible, Dieu doit nous donner la foi. Sinon, la foi est absente. Et Dieu ne donne la foi qu'à un cœur obéissant. Car la repentance ne consiste pas seulement à nous attrister de nos échecs et de nos péchés passés. C'est aussi une détermination à commencer maintenant à faire la volonté de Dieu, telle qu'Il nous la révèle.

A. W. Tozer


A méditer


L’homme s’est fait dieu, alors Dieu s’est fait Homme

Il est Le Chemin



Si tu ne te renies pas toi-même, tu finiras par renier le Christ

Il est La Vérité



La Croix: sommet de la méchanceté humaine, sommet de l’Amour de Dieu

Il est La Vie



Ce que je suis

Pour connaître votre véritable identité et savoir qui vous êtes vraiment, voici ce que Dieu dit de vous:

Je suis le sel de la terre (Mat 5:13)

Je suis la lumière du monde (Mat 5:14)

Je suis un enfant de Dieu (Jean 1:12)

Je fait partie du vrai cep, je suis un canal de la vie de Christ (Jean 15:1,5)

Je suis l'ami de Christ (Jean 15:15)

Je suis choisi et établi par Christ pour porter du fruit (Jean 15:16)

Je suis esclave de la justice (Rom 6:18)

Je suis esclave de Dieu (Rom 6:22)

Je suis un fils de Dieu - Dieu est spirituellement mon Père (Rom 8:14,15, Gal 3:26, 4:6)

Je suis cohéritier avec Christ, je partage son héritage avec Lui (Rom 8:17)

Je suis un temple, une habitation de Dieu - Son Esprit et sa vie habitent en moi (1 Cor 3:16, 6:19)

Je suis uni au Seigneur et je suis avec lui un seul esprit (1 Cor 6:17)

Je suis un membre du corps de Christ (1 Cor 12:27, Eph 5:30)

Je suis une nouvelle création (2 Cor 5:17)

Je suis réconcilié avec Dieu et j'ai un service de réconciliation (2 Cor 5:18,19)

Je suis un fils de Dieu, je suis un en Christ (Gal 3:26,28)

Je suis un héritier de Dieu parce que je suis un fils de Dieu (Gal 4:6,7)

Je suis un saint (Eph 1:1, 1 Cor 1:2, Phil 1:1, Col 1:2)

Je suis l'ouvrage l'oeuvre de Dieu, né de nouveau en Christ pour accomplir son oeuvre (Eph 2:10)

Je suis concitoyen des saints, membre de la famille de Dieu (Eph 2:19)

Je suis un prisonnier du Christ (Eph 3:1, 4:1)

Je suis juste et saint (Eph 4:24)

Je suis un citoyen des cieux, assis dans les lieux célestes dès maintenant (Phil 3:20, Eph 2:6)

Je suis caché avec Christ en Dieu (Col 3:3)

Je suis une expression de la vie de Christ parce qu'il est ma vie (Col 3:4)

Je suis choisi par Dieu, saint et bien-aimé (Col 3:12, 1 Thess 1:4)

Je suis un fils de la lumière et non des ténèbres (1 Thess 5:5)

Je suis un saint participant à une vocation céleste (Héb 3:1)

Je suis un participant du Christ, je partage sa vie (Héb 3:14)

Je suis une des pierres vivantes de Dieu, édifié en Christ pour être une maison spirituelle (1 Pi 2:5)

Je suis membre de la race élue, du sacerdoce royal, de la nation sainte, du peuple qui appartient exclusivement à Dieu (1 Pi 2:9,10)

Je suis un étranger et un voyageur dans ce monde dans lequel je vis temporairement (1 Pi 2:11)

Je suis un enfant de Dieu et je ressemblerai à Christ quand il reviendra (1 Jean 3:1,2)

Je suis né de Dieu, et le malin – le diable – ne peut pas me toucher (1 Jean 5:18)

Je ne suis pas "Celui qui suis" (Ex 3:14, Jean 8:24,28, 58), mais par la grâce de Dieu, je suis ce que je suis (1 Cor 15:10)

Parce que nous sommes en Christ, chacune de ces caractéristiques est parfaitement vraie pour nous, et nous ne pouvons rien faire pour les rendre plus vraies. Par contre nous pouvons donner plus de sens à ces aspects et les rendre plus productifs dans notre vie, en choisissant simplement de croire ce que Dieu a dit à notre sujet.

(Extrait de "Une nouvelle identité pour une vie nouvelle", Neil Anderson, éditions ELB)

Soyez du Ciel !

Gal 4:24-26 [1] démontre que les premiers chrétiens interprétaient les textes de l'AT au-delà de leur simple signification littérale. Il en est de même de 1 Cor 10:4 [2] et d'autres encore [3].

Notre citoyenneté n'est-elle pas dans les cieux (cf. Phil 3:20) ?

2 Cor 4:18 ne dit-il pas Aussi nous regardons, non pas à ce qui se voit, mais à ce qui ne se voit pas - car ce qui se voit est éphémère, mais ce qui ne se voit pas est éternel ?

Et Col 3:1-2 Si donc vous vous êtes réveillés avec le Christ, cherchez les choses d'en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu - pensez à ce qui est en haut, et non pas à ce qui est sur la terre ?

Mais l'homme naturel n'accueille pas ce qui relève de l'Esprit de Dieu, car c'est une folie pour lui - il ne peut pas connaître cela, parce que c'est spirituellement qu'on en juge (1 Cor 2:14).



[1] Il y a là une allégorie, car ces femmes sont deux alliances. L'une, celle du mont Sinaï, fait naître pour l'esclavage: c'est Hagar - or Hagar, c'est le mont Sinaï en Arabie - et elle correspond à la Jérusalem de maintenant, car elle est dans l'esclavage avec ses enfants. Mais la Jérusalem d'en haut est libre, et c'est elle qui est notre mère

[2] Ils ont tous bu le même breuvage spirituel - ils buvaient en effet à un rocher spirituel qui les suivait, et ce rocher, c'était le Christ

[3] p.ex. 1 Cor 9:9-10 Il est écrit dans la loi de Moïse : Tu ne muselleras pas le boeuf qui foule le grain. Dieu a-t-il souci des boeufs ? En réalité, n'est-ce pas à cause de nous qu'il parle ainsi ? Oui, c'est à cause de nous que cela a été écrit - car celui qui laboure doit labourer dans l'espérance, et celui qui foule le grain doit le faire dans l'espérance d'en avoir sa part.

A méditer

Tu me dis, j'oublie.
Tu m'enseignes, je me souviens.
Tu m'impliques, j'apprends.
(Benjamin Franklin)

On n'enseigne pas ce que l'on sait
On n'enseigne pas ce que l'on veut
On enseigne ce que l'on est.
(Jean Jaurès)

Livre de l'apocalypse La Révélation continue Méfiez-vous des imitations!

Le site qui vous dit la vérité sur l'Apocalypse (cliquer sur les images)

Toute reproduction de ces textes, en totalité ou en partie, est interdite sous peine de bénédictions éternelles :-)

Le contenu des textes appartenant à des sites non gérés par bibletude n'engage que leurs auteurs respectifs, devant Dieu et devant les hommes, et n'engage en rien bibletude